Vous êtes ici
Accueil > Football > Le Panama dans le rôle du petit poucet

Le Panama dans le rôle du petit poucet

Pour la première fois de son histoire, le Panama va participer à une Coupe du Monde. Un tel exploit que le président du pays a déclaré un jour férié le 19 octobre, au lendemain de la qualification historique. Pour une fois que le monde va parler de son état autrement que pour les Panamas Papers, on comprend son soulagement… 

L’histoire de la sélection: Contrairement à ses voisins le Costa Rica et le Honduras, le Panama n’a jamais fait parti des grands pays d’Amérique Centrale en football. Avant les années 2000, la sélection ne participe qu’à 2 reprises à la Gold Cup, en 1963 et 1993, alors que la concurrence lors des qualifications n’est pourtant pas très dense. Mais à force d’essayer le Panama retrouve la Coupe d’Amérique Centrale en 2005, et va réaliser un parcours mémorable. 2ème du groupe A, les Canaleros se qualifient pour la première fois en quart de finale où ils rencontrent l’Afrique du Sud, invité dans la compétition. Victorieux aux tirs aux buts, le Panama ne s’arrête pas là, puisqu’il parvient ensuite à éliminer la grande Colombie, sur le score de 3-2. Qualifié en finale, le Panama va une nouvelle fois passer tout près de l’exploit face aux Etats-Unis, mais s’incline finalement aux tirs aux buts. 8 ans plus tard en 2013, les panaméens retrouvent à nouveau les Etats-Unis en finale, après avoir créé l’exploit en s’imposant face au Mexique 2-1. Mais une nouvelle fois, c’est le pays nord-américain qui s’impose, sur le score de 1-0. Pour poursuivre sa progression, l’équipe centre-américaine est invitée pour la première fois de la première fois de son histoire à la Copa América, en 2016. Elle sera éliminée en phase de groupe, mais terminera tout de même avec une victoire, face à la Bolivie. Un an plus tard, le Panama est mal embarqué pour se qualifier pour le Mondial 2018, après avoir perdu 4-0 face aux Etats-Unis, à l’avant-dernière journée. Pourtant, le pays s’impose au Costa Rica 2-1, et leur victoire est conjuguée à la défaite inespérée des Américains face à Trinité et Tobagono, offrant au Panama un billet direct pour la Russie. Par la suite, la victoire sera teintée de polémique puisque le premier but panaméen n’a jamais franchi la ligne. Malgré tout, le Panama est bien qualifié pour la Russie, et rencontrera dans son groupe la Belgique, l’Angleterre et la Tunisie. Si la qualification semble cette fois mission impossible, difficile d’oublier le parcours du voisin costaricain, il y a quatre ans, dans un groupe encore plus compliqué!

Le joueur clé: Jaime Penedo. A 36 ans, le gardien des Canaleros n’aurait probablement jamais cru disputer une Coupe du Monde un jour. En effet, à son arrivée en sélection en 2003, le Panama ne parvient même pas à se qualifier pour le tour principal pour accéder à la Coupe du Monde, ni même pour la Gold Cup. Mais 2 ans plus tard, le gardien réalise une compétition exceptionnelle à la Gold Cup 2005, et permet à son pays d’accéder pour la première fois à la phase finale, puis à la finale. Repéré en Europe, il part pour l’Espagne et Osasuna en 2006, mais ne joue aucun match. Après un retour en Amérique, il signe au Dinamo Bucarest en 2016, l’un des plus grands clubs de Roumanie. Titulaire depuis deux ans, il est l’un des seuls joueurs à connaître l’Europe, et sera donc indispensable en Russie. En 2014, Keylos Navas avait été l’un des héros du Costa Rica, qui était parvenu jusqu’en quart de finale. Et si c’était lui en 2018?

La liste des 23: Gardiens: Jaime Penedo (Dinamo Bucarest/ROU), José Calderon (Chorrillo/PAN), Alex Rodriguez (San Francisco/PAN)
Défenseurs: Felipe Baloy (Municipal/GUA), Harold Cummings (San Jose/USA), Éric Davis(Dunajska Streda/SVK), Fidel Escobar (New York/USA), Adolfo Machado (Houston/USA), Michael Amir Murillo (New York/USA), Luis Ovalle (Olimpia/HON), Roman Torres (Seattle/USA).
Milieux: Edgar Barcenas (Cafetaleros de Tapachula/MEX), Armando Cooper (Universidad de Chile/CHI), Anibal Godoy (San Jose/USA), Gabriel Gomez (Atlético Bucaramanga/COL), Valentin Pimentel (Plaza Amador/PAN), Alberto Quintero (Universitario/PER), José Luis Rodriguez (Gand/BEL).
Attaquants: Abdiel Arroyo (Liga Deportiva Alajuelense/CRC), Ismael Diaz (Deportivo La Corogne/ESP), Blas Pérez (Municipal/GUA), Luis Tejada (Sport Boys/PER), Gabriel Torres (Huachipato/CHI)

Le sélectionneur: Hernán Darío Gómez

Le pronostic de L’Actu Sport: Éliminé au premier tour

Crédit Photo: AFP

Top