Vous êtes ici
Accueil > Football > Le Mexique en habitué

Le Mexique en habitué

Toujours qualifié en huitièmes de finale depuis 1994, le Mexique n’est pas parvenu à passer ce plafond de verre depuis 1986. Mais beaucoup de pays signeraient des deux mains pour une aussi belle régularité. 

L’histoire de la sélection:  Meilleur pays de la zone CONCARCAF (Amérique du Nord et Centrale), le Mexique sait aussi se faire respecter au niveau mondial. Invité à la première Coupe du Monde en 1930, la Tri ne passe pas le premier tour, mais se fait connaitre par le monde du foot. Présent ensuite à toutes les Coupes du Monde entre 1950 et 1966, grâce à la faiblesse de leur confédération, le Mexique ne parvient jamais à passer le premier tour, jusqu’à l’organisation de son Mondial en 1970. Grace au soutien de leur public, les Aztèques parviennent enfin à sortir de leur groupe, composé de l’URSS, le Salvador et la Belgique. Mais en quarts de finale, les mexicains s’inclinent lourdement 4-1 contre le futur finaliste, l’Italie. Après des années plus difficiles, le Mexique profite du forfait de la Colombie pour organiser à nouveau la Coupe du Monde, en 1986. Si la ville resté célèbre en France pendant ce Mondial est Guadalajara, pour la victoire des Bleus face au Brésil, c’est à Mexico, la capitale, que les supporters de la Tri vont voir leur équipe à son meilleur niveau. Première de son groupe après une victoire et deux nuls, le Mexique rencontre la Bulgarie en huitièmes et s’impose 2-0, dans un match qui reste toujours aujourd’hui sa seule victoire en phase finale d’une Coupe du Monde. Car en effet, en quart de finale, l’équipe mexicaine s’inclinera aux tirs aux buts face à la RFA, après avoir pourtant maintenu sa cage inviolée pendant tout le match. La suite pour la Tricolore, c’est six qualifications de suite pour les huitièmes de finale depuis 1994, sans jamais parvenir à aller plus loin. D’autant plus cruel pour le Mexique, que les défaites se sont souvent écrites en prolongations ou aux tirs aux buts. La pire défaite reste à la dernière Coupe du Monde, ou les mexicains menaient 1-0 face aux Pays Bas avant de concéder l’égalisation de Sneijder à la 88ème, puis un pénalty de Huntelaar dans les dernières secondes. En Russie, l’équipe entraînée par Juan Carlos Osorio va tenter de voir enfin les quarts de finale, même si se qualifier ne sera déjà pas une partie de plaisir, dans un groupe constitué de de l’Allemagne, la Suède et la Corée du Sud.

Le joueur clé: Guillermo Ochoa. Si la star de la sélection depuis quelques années se nomme Chicharito, c’est bien Memo Ochoa qui permet souvent au Mexique d’être présent dans les grands moments. Bien connu en Ligue 1, après avoir passé 3 saisons à Ajaccio, le mexicain avait d’ailleurs été annoncé d’abord au Paris SG, mais est finalement arrivé en Corse plutôt qu’a la capitale, suite à un contrôle positif à un test antidopage (il sera prouvé par la suite qu’Ochoa et d’autres de ses coéquipiers auraient été victimes d’une contamination alimentaire). En 2014, il réalise sans doute le match de sa vie au Brésil, ou il permet à son équipe de se qualifier en huitièmes, après avoir tenu en échec le pays hôte (0-0). Le soir même, il est demandé en mariage par une présentatrice de télévision locale. Aujourd’hui au Standard de Liège, après des essais infructueux en Liga, il est plus que jamais un cadre de la Tricolore, et pourrait atteindre le cap des 100 sélections en Russie.

La liste des 23: Gardiens: Guillermo Ochoa (Standard Liège), Jesús Corona (Cruz Azul), Alfredo Talavera (Chivas)
Défenseurs: Diego Reyes (Porto), Héctor Moreno (AS Roma), Miguel Layún (Séville), Carlos Salcedo (Francfort), Jesús Gallardo (UNAM), Hugo Ayala (Tigres)
Milieux: Rafael Márquez (Atlas), Andrés Guardado (Betis), Héctor Herrera (Porto), Jonathan Dos Santos (LA Galaxy), Marco Fabián (Francfort), Javier Aquino (UNAL), Jesús Molina (Monterrey), Erick Gutiérrez (Pachuca)
Attaquants: Hirving Lozano (PSV), Jesús Manuel Corona (Porto), Oribe Peralta (America), Carlos Vela (Sociedad), Raúl Jiménez (Benfica), Javier Hernández (West Ham)

Le sélectionneur: Juan Carlos Osorio

Le pronostic de L’Actu Sport: Éliminé en huitièmes de finale par Brésil (difficile de changer les bonnes vielles habitudes)

Crédit Photo: Reuters

Top